b2b EN-TRADE : une solution innovante pour faire face à la crise

14 septembre 2011


logob2b

Paris, le 7 septembre 2011 – b2b EN-TRADE est au service des entreprises pour leur permettre d’échanger des produits et des services en limitant les sorties de trésorerie. C’est une vraie réponse pour faire face à un environnement économique difficile.

Partenariats, échanges, alliances, troc, mise en commun de compétences, nouvelles monnaies,  les initiatives sont nombreuses mais encore peu connues. Et pourtant, dans un contexte économique difficile ces nouvelles pratiques apportent de réelles solutions pour les petites comme les grandes entreprises. Collaborer devient alors un facteur de croissance.

Quelques exemples d’échanges initiés par b2b En-Trade

Depuis sa création b2b En-Trade a pu accompagner de nombreux échanges, En voici 3 exemples.

-  Un grand média et un réseau de crèches qui échangent des campagnes de communication contre des places en crèches pour les collaborateurs.

- Un media sportif et une société d’impression pour l’impression de maillots et T-shirts floqués en échange d’une campagne web sur ce media.

- Une société de référencement Internet et une entreprise de mobilier de bureau qui échangent prestation web contre des équipements.

Comme le précise Samuel Cohen, fondateur du site b2b En-TRADE «  L’échange inter-entreprises a généré en 2009 : 9 milliards de dollars dans le monde, soit  une progression de  15% qu’en 2008 estimé par l’IRTA (International Reciprocal Trade Association). En France, l’échange BtoB bien que peu encore démocratisé aux 3 millions de PME concerne principalement les grands groupes et aurait atteint 400 à 500 millions d’euros en 2009.»

Samuel COHEN a fondé en 2010 b2b EN-TRADE : http://www.b2b-en-trade.com/ a développé une autre forme de collaboration : l’échange interentreprises. Il s’appuie sur la réciprocité et permet à deux (ou trois) sociétés d’environnement très différents d’être mises en relation sur la base de leurs offres et de leurs besoins et de s’échanger des produits et des services dans un cadre juridique sécurisé un système de paiement par compensation de factures (détails au lien www.b2b-en-trade.com/presentation).

Réseau professionnel dynamique, b2b En-TRADE développe cette forme de ‘troc’ interentreprises en se focalisant sur la convergence des intérêts entre acteurs économiques. La collaboration ainsi basée sur la complémentarité entre la pertinence d’une offre et la satisfaction d’un besoin peut aboutir à de réels partenariats gagnant-gagnant. En effet les échanges sont parfois conclus entre des entreprises de taille moyenne et des grands groupes, ce qui peut ouvrir à des relations professionnelles au delà de l’opération de «  barter ».

Ainsi proposé sur une plateforme collaborative web 2.0, l’En-Trade est donc une nouvelle façon de ‘commercer’ en trouvant efficacement clients et fournisseurs pour développer son activité sans sortie de trésorerie. L’efficacité de Bourse aux échanges repose sur 3 points : Premièrement il s’agit d’un véritable place de marché online  accessible aux PME, commerçants et grand groupes,  deuxio, elle est dotée d’un algorithme  assurant les ‘matchs’ entre les offres et les besoins des membres géo localisés sur la plateforme et stimulant les combinaisons d’échange, enfin un service de courtage orchestre les mises en relation.

Contact presse :

Agence PRformance

Laurent Durgeat

Tel : 01 56 03 55 47 – 06 03 00 36 03

E-mail : laurent@prformance.com

Le SNAS s’engage dans une campagne d’information pour promouvoir l’utilisation des abrasifs en toute sécurité auprès des utilisateurs, des acheteurs professionnels et du grand public

6 septembre 2011

Snas

Le Syndicat National des Abrasifs et Super Abrasifs est l’organisation professionnelle représentative rassemblant les entreprises françaises qui conçoivent, produisent et commercialisent des abrasifs et des super abrasifs.

Pour cette campagne d’information, le SNAS a décidé de mettre en place :

-  Le 23 juin : une journée de présentation du centre de formation de l’ENIM (l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Metz), école associée avec le SNAS pour créer des formations au cours desquelles les utilisateurs apprennent les règles de sécurité nécessaires à l’utilisation de produits abrasifs agglomérés et appliqués en milieu industriels.

Ces formations répondent aux exigences des codes de sécurité de la Fédération européenne des Fabricants de Produits Abrasifs (FEPA) et sont prises en charge dans le cadre de la formation continue des salariés.

- Du 7 au 12 novembre : Le SNAS sera présent au salon Bâtimat (Hall 5) où les professionnels seront au rendez-vous avec le public pour aborder les thèmes de la sécurité et de la contrefaçon.

- Novembre 2011 sera surtout la publication par la commission européenne de la norme révisée des abrasifs « diamants ».

A propos du SNAS

Le SNAS défend les intérêts de ses membres (syndicat professionnel – loi 1884) qui représentent 80% du marché en œuvrant notamment au quotidien pour de plus grandes exigences dans le domaine de la sécurité. En effet, le SNAS participe en amont à la préparation des normes de sécurités européennes au sein des comités nationaux (UNIM – AFNOR) et internationaux (CEN – ISO – FEPA). IL veille également au respect de ces normes avec les services gouvernementaux (DGCCRF – Douanes).

Le SNAS c’est 35 sociétés (PME – PMI), 19000 emplois en France, 320 millions de CA et 30% à l’export.

Coordonnées

SNAS

20 av. Reille 75014 Paris

Tél : 01 45 88 27 02 – fax : 01 45 88 27 52

www.snas-abrasifs.com

Service de presse – PRformance

10 rue Martel 75010 Paris

Tél : 01 56 03 55 47 – fax : 01 53 34 00 28

Laurent Durgeat – laurent@prformance.com

Fabienne Ripon – fabienne@prformance.com

01 47 28 99 69 – 06 62 12 42 87

Conseil Régional d’Aquitaine, la continuité numérique de service pour les Aquitains : Aquit@ide

1 septembre 2011

e-citz1

logo-region-aquitaine

La Région Aquitaine met en œuvre un nouveau service numérique donnant la possibilité aux Aquitains de gérer leurs demandes d’Aides (plus de 20.000 dossiers en 2010) et surtout d’être avisés, en temps réel, de l’instruction des dossiers, de leur acceptation par les élus de la Région et du suivi du déroulement intégral du dossier jusqu’au paiement en lien direct avec les services financiers.

Réel outil de collaboration numérique s’inscrivant dans une logique de développement durable, le dispositif permet aux Aquitains de voir leurs dossiers traités plus rapidement avec une lisibilité instantanée et à la Région de dématérialiser et fiabiliser des flux complexes : liens forts avec les autres logiciels de gestion (délibérations et financier), des commissions externes (composées d’élus, d’experts en France et à l’étranger) qui peuvent être amenées à intervenir et à donner leur avis en phase d’instruction. Grâce à l’extranet mis à leur disposition, la commission pourra consulter les dossiers et rendre son avis en ligne.

Aquit@ide s’inscrit dans la politique de contribution au développement communautaire et de déploiement du haut débit dans laquelle s’est engagé Alain Rousset, Président de la Région, et ce, dès son premier mandat en 1998. Il est réalisé par la société Genigraph sur la base de la solution e-Citiz.

Le socle technologique urbanisé portant la solution est totalement bâti sur une architecture SOA open-source   : Linux, Apache/Tomcat, Openldap, Petals Links pour le Bus et l’orchestration de services, la GED Alfresco et la base de données MySQL.

En adhérant à la Communauté des utilisateurs e-Citiz, la Région Aquitaine mettra à disposition des autres collectivités la solution Aquit@ide dont le premier déploiement est prévu  début 2012

Pour toute information contacter la Direction des Systèmes d’Information, Hotel de Région AQUITAINE, 05.57.57.80.31

A propos de e-Citiz

e-Citiz est le produit phare du groupe Genitech (Genigraph, Genitech Tunisie, OpTech Software USA).  C’est une plate-forme (AGL MDA) de conception et de déploiement d’application pour le Web. e-Citiz est aujourd’hui reconnu et utilisé tant par le secteur privé (Groupama, GDF…), que par le secteur public en France (Ministère, Conseil Régionaux et Généraux, Collectivité Locale (Argenteuil, Paris…) mais aussi en Europe par l’état du Luxembourg, notamment pour son guichet unique (www.eluxembourg.public.lu). e-Citiz est le fruit de plus de 15 ans de développements de projets Complexes et de portails Web, primé à de nombreuses reprises, il fait l’objet d’un Brevet INPI et il a obtenu le Label Innovant de L’OSEO ANVAR. www.e-Citiz.com

Contact presse : Agence PRformance – Suzana Biseul – Port : 06 61 95 34 89 – Fax : 01 53 34 00 28  - E-mail : suzana@prformance.com

GENIGRAPH renforce ses ambitions:

30 août 2011

genitechlogo

A l’occasion d’une nouvelle augmentation du capital, focus sur les dernières annonces de Genigraph, spécialisée dans les technologies SOA, JEE, Moteurs de Règles et BPM

Genigraph procède à une Augmentation de capital

Précurseur, dès 1992, Genigraph se positionne sur l’IT dont il est devenu un des leaders en France. Genigraph compte aujourd´hui plus de 100 ingénieurs et consultants pour 10 millions d´euros de chiffre d´affaires. Sa vocation est d’apporter des solutions pérennes aux besoins de plus en plus complexes de ses Clients. Au-delà de la stratégie technique, c´est un engagement vers l’Expertise qui a été fait : maîtriser les architectures, offrir des solutions packagées, être le partenaire IT des grands Groupes. C’est aussi un choix d’Entreprise avec une croissance maîtrisée tournée vers l’humain tandis que d’autre ont les yeux rivés à leurs cours de bourse et oublient souvent qu´une entreprise est d´abord, et à la fois, un projet technique et un projet humain, et non un résultat financier trimestriel. Pour affirmer son positionnement et attaquer de nouveau marché, GENIGRAPH vient de doubler son capital, en passant de 750.000 à 1.500.000 d’Euros.

Genigraph appartient au Groupe Genitech, composé de Sociétés de Services en Ingénierie et Informatique. Le Groupe Genitech compte aujourd’hui 130 collaborateurs répartis entre Paris, Toulouse et Tunis.

Des partenariats stratégiques

Le Groupe Genitech, au travers de ses deux partenariats stratégiques avec IBM/Ilog et RedHat/JBoss, est reconnu pour sa maîtrise des architectures JEE, des Moteurs de Règles et du BPM (Business Process Management). Les consultants du Groupe conseillent et forment les Clients d’IBM et de RedHat un peu partout dans le monde.

Par ailleurs, le Groupe Genitech se déploie à l’International avec son offre, e-Citiz, marque du Groupe Genitech.  Un contrat de distribution de son offre e-Citiz V6, solution de conception et de déploiement de e-Services, www.e-citiz.com vient d’être conclu pour l’Amérique Centrale. Cet accord permet à la société dCHAIN – www.dchain.com – basée au Panama de proposer l’offre e-Citiz dans les pays d’Amérique Centrale pour déployer des e-Services auprès des Entreprises (BPM, MDA, SOA) et des Administrations (e-Gov, m-Gov).

Un Groupe résolument tourné vers l’innovation

Le Groupe Genitech s’investit dans les Pôles de Compétitivités, SYSTEMATIC en Ile de France, où Didier PLAS, Président du Groupe Genitech, est au comité de Pilotage du groupe Sécurité et Défense (Sécurité des Systèmes d’Informations) et Digital Place en région Midi-Pyrénées, où Olivier NICOLAS, Directeur Produit e-Citiz, est responsable de la commission recherche. Avec L’ANR et l’Union Européenne, le Groupe Investit fortement dans le domaine de la mobilité et du Cloud pour sa plateforme e-Citiz aidé par des partenaires prestigieux tel que L’ INRIA, le LIG et l’IRIT.

Sur l’ensemble de ces annonces, Didier Plas, Directeur Général du Groupe Genitech indique :

« Depuis sa création en 1992, le Groupe Genitech maîtrise sa croissance. L’augmentation de Capital à 1,5M€ est un signe fort vis-à-vis de nos Clients. A l’heure où les marchés financiers sont plus qu’hésitant, la bonne santé de Genigraph et du Groupe Genitech doit nous permettre d’accéder à de nouveaux marchés. Ceci est le fruit de  la stratégie d’innovation et d’excellence du Groupe Genitech. Nos partenariats avec des leaders tels qu’IBM et RedHat, sont la reconnaissance de notre Expertises. Nous sommes prêt pour relever les défis de demain.»

A propos de e-Citiz

e-Citiz est le produit phare du groupe Genitech.  C’est une plate-forme (AGL MDA) de conception et de déploiement d’application pour le Web. e-Citiz est aujourd’hui reconnu et utilisé tant par le secteur privé (Groupama, GDF…), que par le secteur public en France (Ministère, Conseil Régionaux et Généraux, Collectivité Locale (Education Nationale, Ecologie, Aquitaine, Pays de Loire, Paris, Toulouse, Argenteuil…) mais aussi en Europe par l’état du Luxembourg, notamment pour son guichet unique (www.eluxembourg.public.lu). e-Citiz est le fruit de plus de 15 ans de développements de projets Complexes et de portails Web, primé à de nombreuses reprises, il fait l’objet d’un Brevet INPI et il a obtenu le Label Innovant de L’OSEO ANVAR. www.e-Citiz.com

CLIMCOVER S’EXPOSE du 9 au 13 SEPTEMBRE AU SALON MAISON&OBJET

30 août 2011

29989822logo-climcover-jpg

CLIMCOVER S’EXPOSE du 9 au 13 SEPTEMBRE AU SALON MAISON&OBJET – stand J 129 hall 7  POUR DEVOILER SES NOUVELLES COLLECTIONS

CLIMCOVER (www.climcover.com) c’est un habillage décoratif et esthétique pour les unités extérieures des climatiseurs et pompes à chaleur. Conçu par un designer-décorateur, CLIMCOVER est avant tout une solution déco qui respecte les flux d’air et dont les nombreuses ouvertures ont été réalisées pour permettre la meilleure aéraulique.

En perpétuelle recherche de nouveautés, Climcover profitera du Salon Maison&Objet Projet de septembre pour faire découvrir une nouvelle collection « Raphaele » d’habillages imprimés. Ces impressions, de haute qualité (traitement anti UV et anticorrosion) permettent la plus grande originalité des visuels. Dans la tendance de la customisation, chacun pourra envoyer son visuel pour un Climcover très personnel…

A propos de Climcover : Avec à sa direction Fabrizio Testa, la société Climcover, basée à Lyon, est dans une recherche permanente de qualité, d’innovation et d’esthétisme. Ses prochaines évolutions s’orientent vers une plus grande simplification de montage tout en respectant le concept initial dont le respect des passages d’air.

Les différents habillages:

Habillage  style Ardoise

Habillage style Ardoise

Habillage style Bambou

Habillage style Bambou

Habillage style Pierre

Habillage style Pierre

Habillage style Bois

Habillage style Bois


RENCONTREZ NOUS SUR NOTRE STAND POUR UNE PRESENTATION DE NOS NOUVEAUTES
APPELEZ NOUS AU 01 47 28 99 69 ou 06 62 12 42 87

Service de presse : PRformance – Fabienne Ripon – 01 47 28 99 69 – 06 62 12 42 87 – fabienne@prformance.com

CLIMCOVER DEVOILE SA COLLECTION « RAPHAELE » QUI SERA EXPOSEE AU SALON MAISON&OBJETS

6 juillet 2011

logo-climcover-jpg

 

COMMUNIQUE DE PRESSE   /   Juillet 2011

 

 

climcover2 

  PROJET

 

Fond4fond3Fond ClimCover 1FOND2

 

 

 

 

 

CLIMCOVER c’est un habillage décoratif et esthétique pour les unités extérieures des climatiseurs et pompes à chaleur. Conçu par un designer-décorateur, CLIMCOVER est avant tout une solution déco qui respecte les flux d’air et dont les nombreuses ouvertures ont été réalisées pour permettre la meilleure aéraulique.

En perpétuelle recherche de nouveautés, Climcover profitera du Salon Maison&Objet Projet de septembre – hall7 stand J129 – pour faire découvrir une nouvelle collection « Raphaele » d’habillages imprimés. Ces impressions, de haute qualité (traitement anti UV et anticorrosion) permettent la plus grande originalité des visuels. Dans la tendance de la customisation, chacun pourra envoyer son visuel pour un Climcover très personnel…

Réglable, modulable et vendu en kit, CLIMCOVER a été conçu pour s’adapter à toutes les contraintes d’installation grâce notamment, à ses 3 versions et 3 tailles standards.

Grâce à son système ingénieux et son « look » breveté, CLIMCOVER s’applique à la plus grande majorité des systèmes vendus en France et en Europe.

Des noms de renommée dans le monde du froid, tel que Clim+ (St Gobain), Cdsud (Mitsubishi), Richardson et la constructeur ATLANTIC adhérent et véhiculent ce nouveau concept  Climcover  dans leur catalogue.

 

FICHE TECHNIQUE

-  3 tailles différentes

-  3 versions

-  3 finitions : aluminium prélaqué, aluminium trompe-l’œil ou bois (PVC et visuels sur aluminium à l’étude)

- Modulable, adaptable et interchangeable

-  Respect des flux d’air (Testé grâce à un partenariat avec ATLANTIC et l’organisme CETIAT)

- Interchangeable, adaptable et esthétique

- Personnalisable (versions bois)

- Fabrication française

- Conception écologique

- Livraison dans toute la France via un réseau de distributeur

-  Prix Indicatif : Modèle imprimé: à partir de  800 euros TTC

   Modèle bois : à partir de 700 euros TTC

  Modèle aluminium peint: à partir de 450 euros TTC

 

A propos de Climcover : Avec à sa direction Fabrizio Testa, la société Climcover, basée à Lyon, est dans une recherche permanente de qualité, d’innovation et d’esthétisme. Ses prochaines évolutions s’orientent vers une plus grande simplification de montage tout en respectant le concept initial dont le respect des passages d’air.

*Modèles déposés n°001705872-001 OHMI      COPYRIGHT n°45T619

Contacts

Numéro Info : + 33 (0) 624338916

E-mail info : info@climcover.com

 

Site Internet : www.climcover.com

 

Service de presse : PRformance – Fabienne Ripon – 01 47 28 99 69 – 06 62 12 42 87

fabienne@prformance.com

Le marché français du Conseil redémarre plus tôt que dans le reste de l’Europe de l’ouest

5 juillet 2011

sourceconsulting

  L’étude  SourceforConsulting.com – 150 cabinets de conseil interrogés à travers 35 pays – est la plus complète et détaillée à ce jour pour l’Europe.  Elle révèle que la France est le troisième marché le plus important en Europe.

 Selon l’Etude Sourceforconsulting.com publiée aujourd’hui, le marché Européen[1] du conseil a presque représenté un Chiffre d’Affaires de 25 milliards d’euros pour l’année 2010.

 S’appuyant sur les chiffres publiés aujourd’hui par Syntec Conseil en Management, l’étude de Sourceforconsulting.com dévoile que le marché français occupait en 2010 la 3Ième marche du marché européen après le Royaume-Uni et l’Allemagne. Il est en outre prévu une croissance d’environ 5 pour cent pour 2011 – ce qui place la France au dessus des autres pays d’Europe de l’Ouest.

 Sur ces résultats, Lyonel Roüast, Président EMEA à Compass Management Consulting pour le marché français indique : « Nous sommes indéniablement passés à l’étape d’après crise. Les clients relancent des projets qu’ils avaient stoppé deux ans plus tôt et commencent à investir de manière plus importante – ce qui nous redonne confiance dans le futur. »

 

Les « Big Four » dominent le marché du conseil en Europe

 Toujours selon L’étude Sourceforconsulting.com, les Grands Cabinets d’Audit et Stratégie dominent désormais l’industrie du Conseil Européen. 27% des clients se sont tournés vers ces Cabinets en 2010. (Ils captent donc plus de 1€ sur 4€ dépensés)  Même en France, pays qui possède une large part  (1/4)  de cabinets traditionnels de taille moyenne, la part de marché des « Big Four »  atteint les 22%, ne laissant que 11% du marché aux autres acteurs. Mais malgré cette croissance attendue, l’étude met en lumière le fait que les « Big Four » ont devancé leurs concurrents grâce à la diversification de leurs services, mais qu’ils font face à un vrai défi maintenant qu’il ne leur reste que peu de marge de manœuvre.

 Fiona Czerniawska, co-fondatrice de Sourceforconsulting.com et auteur de l’étude commente : « Les ‘Big Four’ sont confrontés à de vrais défis dans leur stratégie de différenciation. Premièrement, il ne reste plus beaucoup de services de conseil dans lesquels se développer, et poursuivre cette approche sur des marchés en difficulté ne sera pas chose facile. De plus, diversification n’est pas synonyme de globalisation; les entreprises qui connaitront le plus de succès devront s’assurer que les changements structurels soient reflétés dans leur style et le contenu de leurs services. 

 Enfin, la diversification est une stratégie couteuse à une période ou les prix sont soumis à forte pression baissière – et cela changera radicalement la façon dont ces entreprises opèrent. »

 

Les prix sont moins à la baisse en France, mais il est peu probable qu’ils remontent à moyen terme.

 L’étude de Sourceforconsulting.com se penche aussi sur la façon dont la crise financière a affecté les tarifs des consultants en Europe. L’étude estime que bien que les tarifs aient diminué de 10 à 15 % de manière générale, ils se sont mieux maintenus en France que sur bien d’autres marchés européens. Les tarifs en France n’ont diminué que d’environ 5 % contre 20 à 30 % au Benelux, en Espagne et en Suisse.

 L’étude affirme que plusieurs facteurs font qu’une remontée des tarifs est improbable. En particulier, alors que l’on attend une lente reprise sur les marchés d’Europe de l’Ouest, de nombreux cabinets de conseil ont des plans de croissance ambitieux. Afin de prendre des parts de marché à leurs concurrents, nombre d’entre eux continueront probablement à baisser leurs tarifs, tout comme durant la crise financière.

 Pour en savoir plus sur l’étude Européenne de Sourceforconsulting.com, visitez www.sourceforconsulting.com ou contactez Alice Noyelle au +44 (0)20 3178 6443.

Pour plus de renseignements sur ce communiqué de presse, merci de contacter :

Laurent Durgeat 

Tel: 01 56 03 55 47 / 06 03 03 36 03

Email: laurent@prformance.com

 

Edward Haigh, Head of Content and Marketing, Sourceforconsulting.com

Tel: + 44 (0)845 293 0993

Email: edward.haigh@sourceforconsulting.com

 

Méthodologie pour l’Etude sur le Marché du Conseil en Management pour la zone Europe, Moyen-Orient, Inde et Afrique

Plus de 250 personnes dans plus de 150 cabinets de conseil à travers 35 pays ont été interviewés pour cette étude entre février et avril 2011. En plus d’apporter un aperçu unique sur les tendances du marché  du conseil telles qu’elles les ont perçues, nombre d’entre elles ont pu fournir à Sourceforconsulting.com les données financières de leur entreprise. L’étude est organisée par pays, secteur et service. Ces données, associées aux estimations de Source pour 150 autres cabinets de conseil de plus de 50 consultants, ont permis à Source de développer un modèle détaillé et ascendant de l’industrie du conseil à travers l’Europe, le Moyen-Orient, l’Inde et l’Afrique. C’est ce modèle qui est à la base de toutes les données composant l’étude de marché. Sourceforconsulting.com a également introduit les données issues de son étude Trimestrielle des Tendances du Marché du Conseil en Management afin d’illustrer la manière dont les entreprises multinationales ont recours aux consultants et comment cela évolue à court terme, ainsi que le type de services de conseil et le type de cabinet qui connaîtra la plus grande demande. Près de 50 acheteurs de services de conseil ont pris part à cette étude entre janvier et mars 2011.

 

Cette étude s’intéresse principalement aux services de conseil fournis par les cabinets de moyenne et grande taille (ceux de plus de 50 consultants) pour le compte de clients de moyenne et grande taille (ceux dont le CA annuel est supérieur à 500 millions d’euros) dans les principaux marchés de conseil en Europe, au Moyen-Orient, en Inde et en Afrique. Il reflète ainsi le marché auquel il faut s’adresser pour la plupart des cabinets de conseil de moyenne et grande taille. Il ne s’agit cependant pas du marché dans sa totalité. La définition du conseil en management selon Source comprend le conseil IT de haut niveau, mais pas l’implémentation de  « packages » ni de développement de systèmes; elle comprend également le conseil en projets d’outsourcing, mais pas la prestation du service en soi. L’étude ne comprend pas non plus les revenus engendrés par les cabinets de conseil de moyenne et grande taille issus d’autres sources, tels que les revenus de l’audit, la mise en place de programmes IT, l’outsourcing, le management du risque actuariel et d’investissement, l’ingénierie civile et autres services professionnels.

 

A propos de Sourceforconsulting.com

Sourceforconsulting.com est un des principaux fournisseurs d’information sur le marché du conseil en management. Fondé en 2007 et basé à Londres, Source offre aux cabinets de conseil et leurs clients son expertise à travers différents types d’analyses, de recherche et de rapports. Nous nous appuyons non seulement sur notre grande expérience au sein de cabinets, mais également sur l’étendue de nos relations avec les fournisseurs de conseil et leurs clients. Tous nos travaux s’appuient sur les valeurs d’intelligence, d’intégrité, d’efficacité et de transparence.

 

Sourceforconsulting.com appartient à Source Information Services Ltd, une société indépendante fondée par Fiona Czerniawska et Joy Burnford. Fiona est l’une des principales expertes de l’industrie du conseil en management. Elle est l’auteur de nombreux livres sur le sujet, notamment : The Intelligent Client et les livres publiés par The Economist, Business Consulting: A Guide to How it Works et How to Make it Work and Buying Professional Services. Joy Burnford a travaillé pour PA Consulting Group avant d’occuper le poste de Directrice Marketing et Opérations à l’Association britannique des Cabinets de Conseil en Management (MCA) entre 2003 et 2007, lui conférant une grande expérience du marketing dans le milieu du conseil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[1] Cette étude s’intéresse aux services de conseil fournis par des cabinets de moyenne et grande taille (de plus de 50 consultants) pour le compte de clients de moyenne et grande taille (dont le CA est supérieur à 500 millions d’euros) dans les principaux marches de conseil en Europe, au Moyen-Orient, en inde et en Afrique.

Le Gouvernement et certains Députés pris en flagrant délit de démolition de la loi Evin

5 juillet 2011

 

allianceContre-letabac

 

Communiqué du 4 juillet 2011

 

 Mercredi 29 juin, en totale opposition avec les demandes de l’Académie de Médecine et des associations du contrôle du tabac, la commission des lois de l’Assemblée nationale n’a pas voulu retirer l’article 22 quater du projet de loi relatif à la répartition du contentieux et à l’allégement des procédures juridictionnelles.

En intégrant dans la loi une disposition permettant de recourir à la « transaction pénale » en matière de tabagisme, le Gouvernement manifeste son désintérêt pour la protection de la santé des Français. En effet, les conséquences de l’article 22 quater sur le dispositif de protection contre le tabagisme seraient délétères pour les raisons suivantes :

- Déjà malmenée dans son application, la loi Evin serait démonétisée dans ses deux volets les plus importants : celui de l’interdiction de fumer dans les lieux à usage collectif et celui de l’interdiction de la publicité et de la propagande en faveur des produits du tabac.

- Le mécanisme de transaction pénale met fin aux poursuites pénales et supprime l’éventuelle inscription des condamnations au casier judiciaire ainsi que la prise en compte de la récidive, éléments majeurs du dispositif en vigueur pour décourager les tentatives d’infractions.

L’article 22 quater engendrerait ainsi un système à deux vitesses – d’un côté, des infractions sanctionnées selon la procédure « normale », de l’autre, des sanctions « aménagées » et « allégées » laissées à la discrétion des mêmes autorités qui, aujourd’hui brillent par leur tolérance coupable.

- Alors que le projet de loi prétend vouloir désengorger les tribunaux, le nombre de procédures relatives au tabac ne dépasse pas 20 affaires par an : le tabac n’est donc pas responsable de la lenteur de la justice, n’en déplaise au gouvernement !

- Le dispositif actuellement en vigueur répond parfaitement à la répression des infractions relatives au tabac. Ainsi, dans le domaine de l’interdiction de fumer, le principe de l’amende forfaitaire (contraventions de 68 et 135€) permet une réponse adaptée, simplifiée et rapide aux infractions.

Après avoir rencontré les représentants du Gouvernement, le rapporteur du texte, Marcel Bonnot, et après avoir informé les membres de la commission des lois de l’Assemblée nationale, les membres de l’Alliance contre le tabac, avec le soutien de l’Académie de Médecine, réaffirment leur totale opposition à un texte qui a pour conséquence de consacrer le démantèlement de la loi Evin. L’article 22 quater va à l’encontre de l’intérêt général et des engagements internationaux de la France qui, par la ratification de la Convention Cadre de Lutte Anti-Tabac, se refuse à subir l’influence de l’industrie du tabac.

Le tabac n’est pas un produit ordinaire, il tue 15 fois plus que la route, 40 fois plus que le SIDA, 1000 fois plus que le Médiator. De plus, si le montant des taxes sur le tabac avoisine 12 milliards d’euros chaque année, le coût social du tabac représente, quant à lui, 47 milliards d’euros. Il n’est pas trop tard pour retirer cet article introduit après coup et sans raison objective. La commission mixte paritaire peut encore, dans les premiers jours de juillet, contrecarrer cet article du projet gouvernemental.

L’Alliance contre le tabac, fédération d’associations regroupant aujourd’hui une trentaine de membres intervenant dans la lutte contre le tabagisme, contribue, aux niveaux national et international, à l’application des recommandations de la Convention-Cadre de l’OMS de lutte Anti-Tabac, signée et ratifiée par la France en 2004. Elle soutient des actions d’information et prévention, promeut une application rigoureuse de la réglementation, et exhorte un engagement des pouvoirs publics à la hauteur du nombre de décès que le tabagisme provoque…

 

Contacts :

Service de presse – PRformance

Fabienne Ripon – Tél : 01 47 28 99 69 – Portable : 06 62 12 42 87 –

E-mail : fabienne@prformance.com

Laurent Durgeat – Tél : 01 56 03 55 47 – 06 03 00 36 03 –

E-mail : laurent@prformance.com

 

  

 

 

 

 

 

 

Résultats de l’enquête Les juristes d’entreprise et leurs logiciels métier 94% des juristes pensent qu’ils ont un vrai intérêt à disposer de logiciels spécifiques à leur métier

30 juin 2011

Legal Suite et le Village de la Justice présentaient le 23 juin dernier les résultats d’une enquête sur l’informatisation des services juridiques. Ces résultats mettent en évidence l’insuffisance des logiciels internes et une adhésion croissante aux progiciels de gestion juridiques intégrés.

Dans un contexte croissant de mondialisation des affaires et de vitesse des échanges, il devient de plus en plus indispensable d’avoir recours à des outils garantissant maîtrise des risques, traçabilité et sécurité juridique. Or le service juridique a sans doute été l’un des derniers à s’automatiser. Si les juristes d’entreprises disposent aujourd’hui de solutions informatisées, la présente enquête illustre l’inadéquation des solutions internes avec leurs besoins métier.

Les juristes d’entreprises doivent disposer d’un logiciel spécifique à leur métier

Si la majorité dispose d’un progiciel juridique (56%), 11% ont encore recours à des solutions internes tandis que 33% ne disposent pas de solution dédiée à leur fonction. Les freins sont principalement dus à la culture de l’entreprise (40%) qui accuse un retard dans son informatisation, devant le coût (30%) et la hiérarchie (20%).

70% s’accordent sur l’insuffisance des solutions internes (Pack Office, développements internes…)

Un constat qui met en relief l’écart entre les solutions déployées en interne et la réalité des besoins métier : ainsi, les logiciels de GED ou de workflow ne fonctionnent pas car ils ne respectent pas les spécificités du métier de juriste (21%) et surtout, la gestion des documents ne constitue qu’une partie infime de leurs enjeux (50%). Si 12% considèrent que ces solutions leur conviennent, les 12% restant les estiment impropres à gérer des domaines du droit tels que Sociétés, marques et brevets, contentieux.

« Cela confirme la spécificité des métiers du droit qui nécessitent des logiciels adaptés, pour répondre au mieux aux demandes de leurs clients au sein de l’entreprise – mais quelques entreprises n’ont pas encore pris conscience de l’importance du juridique dans le développement de leurs affaires », souligne Christophe Albert, Directeur développements Web du Village de la Justice.

La disparité se poursuit parmi les activités du juriste qui bénéficient d’un logiciel de gestion spécialisé : sans surprise, les contrats et les sociétés sortent majoritaires (respectivement 22% et 15%), suivis par l’immobilier et les baux (13%), les contentieux et les délégations de pouvoirs (tous deux 11%). La propriété intellectuelle et les données personnelles ne recueillent que 9% et 8%. Alors que les juristes d’entreprise occupent une place de plus en plus centrale dans les processus de décision et la stratégie de l’entreprise, l’activité de conseil interne est peu informatisée (seulement 6%).

Le logiciel de gestion spécialisé est un facteur de performance et de productivité

A la question « quels bénéfices attendez-vous d’un logiciel de gestion spécialisé ? » : 16% souhaitent réduire les risques et assurer la conformité, 14% souhaitent gagner en productivité et en maîtrise des volumes à traiter (14%) et 12% entendent améliorer la traçabilité des actes et des engagements.

Le logiciel de gestion spécialisé leur offre un confort dans la gestion de leurs activités : 15% sont en demande d’un système d’alertes et de suivi, 11% souhaitent pouvoir mesurer leur activité (volumes, domaines traités, temps passé…) et assurer un reporting précis et fiable pour procurer de la visibilité à leur Direction.

En conclusion : les progiciels juridiques prêts à l’emploi remportent la majorité des suffrages pour répondre à ces différents besoins (42%), suivis par les logiciels personnalisés à leurs pratiques et leur entreprise (31%). Les développements sur mesure ne recueillent que (28%).

« Cette enquête confirme que les juristes d’entreprise sont en attente d’un meilleur accompagnement informatique, à la hauteur des enjeux de leur profession, analyse Patrick Deleau, Président de LEGAL SUITE. Le monde des affaires a besoin de juristes experts. Les outils  de gestion spécialisés leur permettent de gagner en performance juridique et ainsi de mieux conseiller en interne tout en maitrisant les risques »

Note méthodologique :

Enquête menée par internet auprès de 58 juristes (Responsables et directeurs juridiques, juristes de grandes entreprises) visiteurs de Village-justice.com, entre mai et juin 2011. L’échantillon portait sur des services juridiques comptant 3 à 100 juristes.

À propos de LEGAL SUITE. Leader français des logiciels juridiques d’entreprise, LEGAL SUITE compte près de 350 références tous secteurs confondus, en France comme à l’international, plus de 500 projets et 16.500 utilisateurs à travers le monde. Trois et cinq ans après leur création respective, LEGAL SUITE Belgium et LS Canada Inc. illustrent la réalité du marché international les logiciels juridiques.

Pour en savoir plus : www.legal-suite.com

A propos du VILLAGE DE LA JUSTICE. Premier site des professions du droit depuis 1997, le Village de la justice rassemble avocats, juristes, notaires, huissiers, experts et conseils, étudiants en droit… et les professionnels concernés par le droit tels que RH, experts comptables, etc. Il répond au quotidien de cette communauté professionnelle : recruter, s’informer, se former, trouver un prestataire, un conseil, de l’aide. Le Village de la justice est édité par Legiteam, également éditeur de presse (Journal du Management Juridique et règlementaire) et d’événements. www.village-justice.com et www.legiteam.fr

Contacts

PRformance – Emeline Barbé – Laurent Durgeat – Tél. : 06 87 76 17 23 (Emeline) 06 03 00 36 03 (Laurent)  / 01 56 03 55 47  e-mail : legalsuite@prformance.com
LEGAL SUITE – Lucie Calonne, Chargée Marketing-Communication – Tél. : 06 29 13 48 90 / 01 41 38 75 72 – e-mail : lcalonne@legal-suite.com

Avec Dokeos 2.0 : Le e-learning sans douleur à la Croix Rouge

30 juin 2011

dokeos

La Croix Rouge française utilise la suite logicielle  Dokeos pour former les étudiants et stagiaires en formation initiale et continue, tant en présentiel qu’à distance. Actuellement, la migration est en cours vers un portail national multi-sites dans la nouvelle version 2.0 de Dokeos Médical, qui simplifie la création de contenus pour la formation à distance.

Avec un environnement complet de production et de déploiement e-learning et blended learning, la solution Dokeos  est devenue  la première suite open source pour la formation dans le monde. Elle permet de créer, d’organiser, d’observer et de superviser les activités d’apprentissage en ligne.

La Croix Rouge compte 18 instituts de formation en sanitaire, social et médico-social pour plus de 800 000 personnes/an, étudiants ou salariés de tous niveaux. Un portail spécifique Dokeos 2.0 Pro est dédié à la formation du personnel, des jeunes et des bénévoles.

Dokeos 2.0 apporte des progrès considérables tant pour le créateur de contenus que pour l’utilisateur. Elle a été conçue en partant du constat que  les formateurs tendent à utiliser seulement une petite partie des fonctionnalités dans un logiciel de formation classique : documents, agenda, annonces. Les raisons en sont que les logiciels de formation demeurent des outils complexes, de sorte que seuls les scénarios les plus passifs émergent (diffusion de documents textuels ou multimédia).

Dokeos 2.0 change cette situation en offrant :

  • Simplicité : moins de boutons et interface « tactile » (organisation par glisser-déposer);
  • Aide à la scénarisation pédagogique: scénarios précuits, modèles d’activités;
  • Approche visuelle : mindmaps, personnages, modèles de documents, galeries de médias;
  • Réseau social : apprendre les uns des autres dans une interface dédiée;
  • Web 2.0: Youtube, podcasts, wikis, blogs…

La nouvelle version2.0 peut être testée en ligne et téléchargée gratuitement sur : www.dokeos.com

À propos de Dokeos :

Dokeos est utilisé par plus de 60 administrations et 120 entreprises en France. La société Dokeos dispense également des services payants de formation et de conseil pour la mise en œuvre de projets de e-learning.

Contacts presse :

Michèle Lannoye, responsable de la communication Dokeos e-learning                                      

Email : michele.lannoye@dokeos.com

Fonctionnalités de Dokeos 2.0

Dokeos est une suite e-learning complète. Elle fournit aux entreprises, écoles et administrations les outils dont elles ont besoin pour produire des cours, organiser la formation et assurer l’interaction et le suivi